Category Archives: histoire

EVENEMENT EN COMMEMORATION DE LA PREMIERE GUERRE MONDIALE A ANKATSO LE 09 NOVEMBRE 2018

Les festivités en commémoration de la Première Guerre mondiale (1914-1918) ont débuté en 2014 et se verront closes cette année 2018.

Dans la journée du Vendredi 09 novembre 2018, un événement mettant en exergue le vécu des tirailleurs malgaches pendant la Premiètre Guerre mondiale a marqué le Campus d’Antananarivo.

Avec la collaboration du Comité du Centenaire de la Première Guerre mondiale ainsi que du Département d’Histoire à Ankatso, la Direction des Archives Nationales a organisé une exposition sur ce thème à l’Université d’Antananarivo même.

Pour tout commencer ce jour, Mme RABEARIMANANA Lucile, historienne et professeur à l’Université d’Antananarivo, a donné une conférence traitant ce même objet. Juste après, le Général ANDRIAMISA-RAMIHAONA a donné un aperçu sur la politique publique mémorielle.

L’exposition a permis aux visiteurs de recueillir plus de données sur ce grand malheur qu’a connu la planète terre.

FAMPIRANTIANA 22 – 25 JONA 2018 TENY AMIN’NY TRANOMBOKIM-PIRENENA – ANOSY

Nandray anjara tamin’ny fampirantiana notontosaina teny amin’ny Tranombokim-Pirenena teny Anosy, ny Zoma 22 hatramin’ny Alatsinainy 25 jona 2018 lasa teo, ny Foiben’ny Arisivam-Pirenena.

Tonga nanome voninahitra ny fanokafana ny fampirantiana ireo solontenam-panjakana notarihin’ny Ministry ny Kolontsaina ankehitriny.

Tanjona niraisana teto Madagasikara, tany amin’ny taona 1960 tany, ny hitondra ny firenena malagasy ho amin’ny fandrosoana amin’ny lafiny rehetra. Niara-niasa hahatrarana izany ny fitondram-panjakana, ny olon-tsotra, ny orinasa, eny fa na dia ny vahiny aza.

“Vavolombelon’ny mpiasa ny bainga”. “Ny asa vita no ifampitsarana”. “Asa fa tsy kabary”. Marina ireo fitenenana rehetra ireo tamin’izany fotoana izany satria nanao rano lava sy tohy vakana ny fitsanganana fotodrafitr’asa lehibe nanerana ny Nosy. Niroborobo tao anatin’ny fotoana fohy ireo sehatr’asa efa nisy; nipoitra ho azy kosa ny mbola tsy nisy. Ireto misy santionany amin’izany:

  • orinasa maro mifamatotra amin’ny fambolena sy fiompiana,
  • orinasa misahana ny fitaterana,
  • orinasa sy toerana mitsinjo ny fahasalamam-bahoaka,
  • trano fonenam-bahoaka,
  • trano fianarana (oniversiten’Antananarivo),
  • lalana sy tetezana,
  • ….

Tetezana « Philibert Tsiranana » ao Sofia notokanana ny 30 jona 1960

Hôpitaly ao Manakara notokanana ny 23 jolay 1964

 

 

 

 

 

 

Orinasa BATA notokanana ny 21 oktobra 1971

Efa hatrany amin’ny taona 1960 no niasa teto amin’ny firenena ny zandary sy ny tafika malagasy. Antom-pisian’izy ireo voalohany indrindra ny fisahanana ny filaminana.  Miditra an-tsehatra amin’ny fampandrosoana ifotony ihany koa izy ireo amin’ny alalana tetik’asa mahakasika ny fambolena; ary manampy ny mponina amin’ny voina tampoka: manala ny hazo notapahin’ny rivo-doza, ….

Tafika manao andrana amin’ny fambolena amin’ny fomba moderina – taona 1977

Toy izany raha fintinina ny lohahevitra narantin’ny Arisivam-Pirenena nandritra ny efatra andro teny Anosy.

 

 

 

 

 

RAHARAHA TABATABA 29 MARTSA 1947, FENO 71 TAONA IZAO…

Nankalaza ny tsingerin-taonan’ny raharaha 29 martsa 1947 ny teto Madagasikara omaly Alakamisy 29 martsa 2018. Nomarihina tamin’ny hetsika efa fanao mahazatra teny Ambohijatovo, teny Mausolée, tany Moramanga io daty io ankoatr’ireo natao tamin’ny faritra samihafa manerana ny Nosy.

Zava-niseho anisan’ny tena nampihoron-koditra teto amin’ny firenena ny tabataba 1947. Mbola tsy maty ao am-pon’ny Malagasy maro ny hatezerana sy alahelo naterak’izany na dia efa feno 71 taona aza izao no nitrangany.

 

ZAVA-NISEHO

Voampanga ho nanafika sy nandoro ny toby miaramila tao Moramanga ary nanaparitaka fikomiana tamin’ny frantsay izay nanjanaka ny firenena ny antoko politika MDRM sy ireo nitovy fijery taminy ny alin’ny 29 martsa 1947 ka natao haza lambo. Nandà mafy hatramin’ny farany izany fiampangana izany nefa ireto farany. Teraka nanomboka teo ny fifanandrinana mahery vaika sy mahatsiravina ka teratany malagasy tsy hita isa (lehilahy, vehivavy, ankizy, zaza) no maty novonoina tamin’ny fomba feno habibiana isan-karazany. Nahafatesana maro ihany koa ny vazaha.

VOKA-DRATSINY

Malagasy maro no voaheloka ho faty, tsy vitsy koa ireo notanana am-ponja sy natao sesi-tany. Na lalam-by na arabe dia nahitana fahatapahana avokoa. Tanàna betsaka no may tao anantin’ny fotoana fohy monja. Nisy fahatapahana hatramin’ny fifandraisana an-tariby. Zary nanakorontana ny fiainam-piaraha-monina ny tahotra sy horohoro anaty nanjaka tao amin’ny rehetra, tsy nifampatoky intsony ny samy Malagasy.

Napetraka ny fitondrana miaramila (état de siège) tamin’ireo toerana noheverina ho faritra mena tamin’izany: Vohipeno, Manakara, Fianarantsoa, Ifanadiana, Mananjary, Nosy Varika, Mahanoro, Vatomandry, Moramanga ary Ambatondrazaka. Nalain’ny fanjakana (réquisition) ny fiarakely mpitatitra olona (taxi) niasa teto an-drenivohitra. Nofoanana ny tsena zoma teto Antananarivo mba hisakanana ny fifamezivezen’ny olona avy any ambanivohitra. Norarana ny varotra fitaovam-piadiana teto an-toerana.

Nivoaka ny 10 mey 1947 ny didim-panjakana nanafoana tanteraka ny antoko politika MDRM sy JINA ary PANAMA.

Didim-panjakana nandrava ny antoko politika malagasy MDRM, JINA, PANAMA
Gazetim-panjakana, Sabotsy 17 mey 1947, laharana 3229

 

TAOM-BAOVAO MALAGASY TAONA 2018

Raha ny marina dia samy manana ny taom-baovaony ny firenena tsirairay. Saron’ny fanatontoloana nihanahazo vahana tsikelikely ka zary nandrakotra izao tontolo izao nefa izany. Ny datin’ny 01 janoary no eken’ny daholobe ho voalohan’ny taona saingy tsy voatery hanaiky ny fahamarinan’izany akory ny rehetra.

 

Nisy àry ireo nanapa-kevitra fa tsy maintsy haverina ny fankalazana ny taom-baovao malagasy eto amin’ny tanin’ny Malagasy. Nanomboka ny hetsika tamin’ny Alakamisy 15 martsa 2018 lasa teo ary tsy hifarana raha tsy amin’ny Zoma 23 martsa 2018 ho avy izao.

Toy izao ny endriky ny fandaharam-potoana amin’izany:

– Alakamisy 15 martsa 2018: fampirantiana teo anoloan’ny Lapan’ny Tanànan’Antananarivo.

– Sabotsy 17 martsa 2018: hetsika isan-karazany teo anoloan’ny kianjaben’i Mahamasina narahin’ny fandrehetana ny afo tsy maty.

– Alahady 18 martsa 2018: fanentanana sy hira ary kabary fifampiarahabana tratry ny taona.

– Zoma 23 martsa 2018 (mbola ho avy): alin’ny taom-baovao malagasy ao amin’ny Akany Nambinintsoa Talatamaty izay hanasongadinana ny taovolo, ny fitafy, ny hira sy dihy, ny sakafo tena malagasy.

Mifanindran-dalana mandrakariva amin’ny fankalazana ny taom-baovao malagasy ny fanatanterahana ireo fanaon’ny Malagasy fahiny amin’ny asaramanitra lehibe toy izao: tatao, harendrina,  zara hasina, hira gasy,…

Tsy hifanerena ny fankalazana ny taom-baovao malagasy fa miankina amin’ny fandresen-dahatry ny tsirairay.

 

LA VIE ANTERIEURE DE MANTASOA

 

 

 

 

 

 

L’histoire de Mantasoa dans le passé s’associe toujours au nom de Jean Laborde. Nous allons voir pourquoi ?

C’était l’an 1831. Un navire venant des Indes a fait naufrage et échoua sur la rive orientale de Madagascar (près de Matitanana). Un voilier français à la poursuite de ses ambitions se trouva à bord. C’était Jean Laborde et ce drame inattendu auquel il fit face apporta un grand changement bénéfique pour une localité lointaine située à 50 km à l’est de la capitale qu’est le site de Mantasoa.

Jean Laborde (1805-1878)

Jean Laborde a rencontré De Lastelle, qui était à ce moment là à Brickaville (Imahahela autrefois) et qui l’envoya auprès de la reine Ranavalona Ière à Antananarivo. Cette dernière était vivement séduite par ses qualités manifestement remarquables : son intelligence, sa science, son entrain, son esprit d’adaptation, …qu’elle ne ménagea ni argent ni ouvriers afin de permettre la réalisation de son projet de créer un centre industriel.

La reine Ranavalona Ière (1780-1861)

Tout d’abord, Jean Laborde a essayé son œuvre industrielle à Ilafy mais les matières premières y firent défaut. Il a par la suite remarqué que Mantasoa était l’endroit favorable pour la bonne exécution de ses travaux. C’était ainsi que l’ère industrielle commença à Madagascar.

Avant l’arrivée de Jean Laborde, le site de Mantasoa n’était que des bas-fonds au sol inconsistant, des marécages encombrés de roseaux, de joncs et d’herbes aquatiques, aux rives bordés de broussailles et de fourrés épineux, une ceinture de collines en parties boisées au flanc desquelles saillent le dos arrondis des blocs de gneiss, d’étroits sentiers rendus glissants par les brouillards de la forêt proche, et quelques misérables cases de torchis rouge aux toitures de chaume grisâtre. Il en a pris soin pour en faire une vallée verdoyante sillonnée de canalisations, de lacs artificiels, d’usines, et de toitures abritant sa population. Il le baptisa « Soatsimanampiovana » (qui signifie la beauté immuable). Le travail était loin d’être facile, c’était même un si dur labeur qui exigea beaucoup de peine de la part des ouvriers.

Mantasoa, oeuvre de Jean Laborde

Jean Laborde a défriché le terrain couvert d’arbres et de broussailles, a élevé des digues, a creusé de longues canalisations, a transformé deux marécages en lacs artificiels, a bâti d’énormes bâtiments en pierre, des fours à poterie, à cémentation, un four à chaux, un haut fourneau.

Four à poterie, d’aspect trapu et ramassé

Four de cémentation, en pierres et briques, dressant vers le ciel sa cheminée à étages

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le haut fourneau connu des Malgaches sous le nom de « afo mahery » (feu violent) et construit en 1841comme en témoigne une inscription gravée sur le fronton R.M. – 1841 – J.L.

Jean Laborde fit du Lac du Kongorevo un étang profond dont les eaux fournissaient la force motrice. A côté des industries se trouvaient les maisons d’élevage des vers à soie, les divers magasins, les poudrières, et enfin, disposées çà et là, mais dans un ordre harmonieux, les cases d’habitation des ouvriers, des surveillants, et les maisons de plaisance des officiers et du Premier Ministre quand il leur plaisait de s’y rendre. Il a divisé l’ensemble du domaine en quartiers à l’aide d’un entrecroisement de chemins rayonnants et concentriques. Chaque quartier était occupé par les innombrables cases des divers groupes de travailleurs. Une activité débordante anima le centre industriel. On y a fondu canons et boulets; fabriqua verre et porcelaine, savon et bougies, liqueurs, papiers, bijoux et cire à cacheter; tissa des étoffes; tanna le cuir; forgea des paratonnerres; confectionna même des fleurs artificielles et des instruments de musique.

Escalier dans le jardin de Mantasoa

Jean Laborde n’a pas oublié d’y dresser une résidence exclusivement réservée à la reine et composée d’une maison et d’une piscine à l’eau toujours renouvelée. Au sommet du Rova, un trône lui a été érigé du haut duquel elle aima à contempler son peuple au travail et entendre monter jusqu’à elle la rumeur des usines, le grincement des roues hydrauliques, le sifflement des alésoirs.

Escalier qui conduisait directement des usines au Rova de la reine

Piscine de la reine

Jean Laborde s’est même créé un tombeau au milieu de cette cité. Il l’a fait de forme cubique, en belles pierres cimentées, limité aux quatre angles par des piliers ronds, muni d’une petite balustrade au-dessus, et une colonne sur laquelle est clouée une croix de métal surmontant l’ensemble.

A droite, entrée du cimetière dans lequel est inhumé Jean Laborde – A gauche, chemin conduisant à l’ancien Rova

L’exil de Jean Laborde à l’Ile de la Réunion, pour avoir comploter contre la reine, a bouleversé l’activité à Mantasoa en 1855. Le centre industriel a périclité. Les unes après les autres, les roues hydrauliques et les machines s’arrêtèrent, pendant que les fours s’éteignirent; quelques bâtiments commencèrent à se dégrader faute d’entretien.

Usine

A l’époque coloniale, Mantasoa devint un véritable parc soigneusement entretenu, une oasis de verdure, dans laquelle des toitures mettaient leur tache rouge, deux étangs qui miroitaient sous le soleil, blottis au creux de collines recouvertes d’un manteau de bruyères et de fougère cuivrées, des bâtiments dont les vastes baies laissaient échapper le ronflement des moteurs électriques et des machines-outils, le bruit de toute une activité jeune et travailleuse. Un poste militaire fut installé dans les anciens bâtiments et une école régionale comptant parmi les plus importantes de la Grande Ile y fonctionna.

Ancienne usine devenue école régionale (réfectoire et dortoir)

L’ancienne demeure de Jean Laborde y était toujours mais un peu modifiée. C’était une construction en bois, non surélevée, formée d’une grande pièce centrale, sur laquelle s’ouvrirent de chaque côté deux chambres plus petites. La maison donna sur un jardin.où fut gravée la position exacte de Mantasoa : Long. 45°35’ E., Lat. 19°3’ S., Décl. 13°55’ N.O.

Ancienne maison de Jean Laborde

Ancienne moule sur laquelle étaient gravées la longitude et la latitude de Mantasoa

Beaucoup plus tard, Mantasoa a toujours gardé sa célébrité pour le barrage qu’on y a construit. Ce barrage est une construction hydraulique composée d’une série de voûtes accolées en béton armé avec contreforts et radier d’étanchéité. Avec son maximum de rétention de 17m de hauteur sur une longueur de 138m, il barrage peut emmagasiner 125 millions de M3 d’eau, assurant, même en période sèche, l’irrigation normale de 6.000ha de rizières entourant la capitale de tous côtés.

 

Source :

– RAJEMISA RAOLISON Régis ; Dictionnaire historique et géographique de Madagascar ; Fianarantsoa, 1966 ; pp. 239, 334.

– RAKOTOMALALA Joëlson ; Ny firenena malagasy sy Madagasikara 1500-1868 ; Imprimerie Armée Populaire, 1980 ; pp. 106-107.

– Revue de Madagascar ; n° 09 ; Janvier 1935 ; pp. 67-90.